L' Atelier de Biarritz

Une vie de bijoux, de fleurs… de décoration!

A la découverte de l’Art des XX et XXI siècle(2)

Poster un commentaire

Dans cette seconde partie je vais aborder 2 gestes de création proposés par le Centre Pompidou pour nous faire comprendre les Arts contemporain et moderne des XX et XXI ème siècle. J’aurais pu les qualifier  « de processus inverses » aux 2 premiers étudiés : Réduire (à Reproduire) et Détruire (à Assembler) mais ils ont aussi leur place à part entière dans le processus de création!

Troisième geste: RÉDUIRE

 

Diminuer le nombre d’objets, leur taille aussi. Simplifier c’est parfois ranger en pile, en colonne,  afin d’en réduire apparemment leur volume dans l’espace. Réduire ce peut être aussi se restreindre ,se contraindre d’utiliser un seul ou 2 paramètres…Voir presque rien, un trait, une seule couleur …ou aucune : monochrome, achrome!

Bref ramener à l’essentiel… Rien de trop!!!  « Less is more » comme l’a écrit le grand architecte et designer américain: Mies van der Rohe!

Cette petite phrase résume à la perfection ce geste et peut s’appliquer tant aux arts plastiques qu’à l’architecture, au design et même à la musique !

Pour ma part j’ai choisi de faire un focus sur l’art du monochrome, souvent controversé! Parmi les artistes les plus connus dans ce style d’expression. Quelques exemples, de nombreux peintres se sont penchés sur le thème du « monochrome » !

#Kasimir Malevitch, l’inventeur russe du concept (ou presque, bichromie)! Ses choix, plutôt en blanc et noir.

 #Yves Klein, connu pour ses monochromes, bleu le plus souvent, il dépose un brevet pour sa formule d’un bleu unique, elle porte son nom! Mais il ne dédaigne pas les couleurs pour en faire… des monochromes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 #Stella lui, trace minutieusement,  inlassablement des lignes parfaites, noires le plus souvent même s’il réalisera aussi des toiles  composées de lignes…en couleurs.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

Roman Opalka aligne des chiffres, des lettres, des signes… D’une même teinte, de pigments plus ou moins concentré.

#Pierre Soulages,  est reconnaissable pour ses « monochromes » autour du noir(je devrais dire des noirs) plus ou moins intense, en couches successives…Il joue avec la lumière!

La cathédrale de Conques possède un ensemble d’œuvres uniques de l’artiste: ses vitraux…noirs mais si lumineux!

Robert Ryman, de nombreuses recherches pour cet artiste autour des textures, des traces… plutôt blanches.

« Les uns aspirent à la beauté, les autres au sublime, d’autres encore relèvent du spiritualisme, du matérialisme, de l’ironie ou du désespoir. Il en est de toutes les couleurs, et encore des blancs, des noirs. On en rencontre des petits et des grands, des lisses et des fripés, des rugueux, des chaotiques, des brillants, des mats et des satinés.  Ces versions peuvent être peintes à l’huile, à l’acrylique, à la détrempe, avec un pinceau, une brosse, un rouleau ou un pistolet. Les unes sont exécutées par l’artiste en personne, d’autres, plus rares, il est vrai, par ses assistants du moment. Bref, il en est de toutes sortes, et le genre, si étroit qu’il paraisse a priori, n’en offre pas moins d’inépuisables possibilités d’invention aux artistes imaginatifs qui mettent ainsi à l’épreuve la sagacité des commentateurs. » Texte tiré d’un dossier pédagogique du Centre Pompidou.

 

Petit résumé en images  du geste: REDUIRE , proposé par l’école du Centre Pompidou.

J’ai apprécié tout particulièrement ce chapitre! J’espère vous avoir fait découvrir à vous aussi quelques artistes et leurs œuvres!

—————————————

 

Le tout dernier geste artistique proposé par le MOOC est :DÉTRUIRE !

Dès le XVII eme siècle, l’action de « DETRUIRE » fut employée par le peintre Le Caravage.  Manet au XIV lui aussi s’essaya à traduire dans sa peinture l’idée de réduire à l’essentiel l’impression qu’il offrait au spectateur retirant un maximum de décorations, de fioritures autour de son sujet principal. en « détruisant », ôtant  le décor superflu!

Mais c’est véritablement au XXeme siècle que  cette tendance artistique s’afficha réellement comme un nouveau courant de pensée dans tous les domaines artistiques. La publication du « Manifeste Futuriste » parut dans le Figaro  en 1909, confirme ce que les jeunes intellectuels russes : Nietzsche, Maiakovski, Tolstoi, Dostoïevski..écrivent déjà dans leur pays depuis la fin du siècle dernier.

Le monde de l’art se transforme alors en  une véritable « furie destructrice ».  S’y engouffrent les « dadaistes » écrivains, musiciens et des artistes plasticiens comme Luiggi Russolo, Tristan Tzara, Francis Picabia, Picasso et naturellement Marcel Duchamp! D’autres les suivront de près jusque dans les années 70.  Burri, Fontana, Tinguely, Niki de St Phalle et plus proche de nous les assemblages d’objets cassés d’Arman, les performances destructrices et souvent comiques de Peter Fischli et David Weiss ou encore celles de Ant Farm!  Comme autant de formes d’arts pour utiliser les restes, les rebus d’une société marchande à l’heure ou la consommation devient (déjà) outrancièrement exagérée!

DETRUIRE ,donc pour démolir, démonter, abattre, supprimer …! Mais aussi défaire ce qui a été crée, retrancher dans le but de faire renaitre une nouvelle forme, tel un bloc de matière (marbre,pierre) qui permet de par sa destruction partielle à la création de la sculpture!  Le geste de détruire pourrait il être donc aussi positif? Selon Nietzsche, il y a un pouvoir créatif dans la destruction… La nature se détruit parfois pour mieux renaitre… plus belle!

J’aurais pu présenter ce geste auparavant car il n’y avait pas d’ordre précis dans les différents chapitres du MOOC. En effet certains artistes utilisent l’un ou l’autre geste afin de réaliser une œuvre… Certains les mélangent aussi parfois, les enchainent l’un après l’autre.  Pour ma part j’ai trouvé logique de l’étudier en dernier, car même si  la destruction, l’anéantissement est un acte créatif à part entière, certaines œuvres n’y survivent pas, désintégrées, brulées  à l’acide comme chez Gustav  Metzger ou ou par le feu comme chez Alberto Burri (toile ci dessous)

Certaines œuvres sont transformées devant l’œil médusé, amusé ou révolté du public dans cette nouvelle approche de l’art contemporain que sont les « performances » d’artistes plasticiens révoltés comme Jean Tinguély, Niki de St Phalle … Les objets, les œuvres se modifient, se détruisent, se consument même parfois totalement devant le « regardeur » lui même parfois actif dans la destruction! De vrais tirs à la carabine face aux tableaux de Niki de St Phalle qui déclenchent des flots de peintures colorées,  parfois des explosions…d’une façon presque aléatoire !

 

Nos objets cassés, détériorés et  le contenu de nos poubelles tiennent parfois une place importante dans l’art contemporain notamment pour certains artistes comme Jean Tinguely qui « recyclait » avant l’heure des vieilles roues, des bouts de ferraille de toutes tailles les présentant en sculptures animées parfois, presque vivantes, avant d’être complètement détruites en fumée!

Chez #Arman  aussi qui collectait, récupérait toutes sortes d’objets de notre quotidien: des voitures accidentées, des instruments de musique ou parfois même des déchets  de poubelles qu’il détruisait davantage, après les avoir assemblés, agglomérés, compactés…jusqu’à leur métamorphose pour faire naître de nouvelles compositions à admirer, en révolte à notre monde moderne de  consommation de masse!

Détruire c’est aussi déformer pour construire et créer!!!! Picabia, ici,minimaliste et son cadre vide de toile, ne laissant que quelques morceaux du support et quelques bouts de ficelles !

Luigi Russolo qui détruit l’image,  le sujet de sa toile…nous laissant peut être en deviner la précédente!

Tout comme chez  #Picasso, qui  après une construction soigneuse (il dessine très bien!!!) en  déconstruit, en détruit méticuleusement sa forme initiale  pour faire naitre une nouvelle construction,une nouvelle création!  Ci dessous: « Arlequin et la femme au collier »

Le geste de DÉTRUIRE  n’est pas propre aux Arts Plastiques.  Les écrivains ont contribué aussi à le nourrir! Certains ont même écrit sur le sujet, suivant les intellectuels russes dans ce mouvement. « Manifeste du futurisme » parut dans le Figaro en 1909.

#Marcel Duchamp célèbre penseur du mouvement DADA, présent décidément sur tous les fronts, nous a même laissé un poème aussi drôle qu’étonnant. Il réduit à un minimum de mots différents  sa phrase pour exprimer une idée, détruisant par là même tout la beauté de la phrase!

Certaines  formes de musiques comme le Rock et plus encore le mouvement Punk ont aussi utilisées la  destruction pour agir sur le spectateur! Hystéries collectives autour des concerts, destructions de leurs instruments de musique (The Who, Les Beatles ou encore Jimmy Hendrix ) et des violences,des démolitions gratuites pour marquer les esprits, pour afficher une révolte contre notre société  de consommation ou parfois à l’importance que nous donnons aux objets (disques, instruments musiques, voitures…!)

Pour terminer cette séquence, un résumée tout en image offert par le Centre Pompidou du geste: REDUIRE

 

Voici donc terminé les 4 gestes créatifs principaux, des techniques de la création artistique moderne et contemporaine  des XX et XXI siècle à nos jours, tous très différents. Opposés souvent, complémentaires parfois, qui se succèdent quelquefois aussi participant à la création de nouveaux mouvements artistiques! Grâce à ce MOOC passionnant ouvert à tous, j’ai appris beaucoup!

Alors vite, si vous avez aimez mes articles, ils ne reflètent bien entendu qu’une infime partie du MOOC  si riche en documents, liens de toutes sortes proposés par l’école du Centre Pompidou sur la plateforme #Solerni Culture, vous pouvez encore le suivre jusqu’au 13 janvier inclus!

Pour ma part j’ai obtenu mes 4 premiers badges et j’en suis fière.

Le dernier geste  dont j’ai choisit de vous parler est celui de CRITIQUER,  je l’ai gardé pour la fin, je lui consacrerai le chapitre 3.

A bientôt

 


 

Publicités

Auteur : Latelier de Biarritz

Curieuse dans de nombreux domaines, un peu touche à tout j'ai été artisan fleuriste durant plus de 30ans, puis animatrice pour les petits et grands. Reconverti dans l'économie sociale et solidaire, je propose aujourd'hui des services conciergerie de proximité depuis début 2016.

Merci pour votre intérêt et votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s