L'Atelier de Biarritz

Véronique Créatrice d'émotions florales. Fleuriste freelance pour "LES FLEURS BUISSONNIERES"


Poster un commentaire

Un jardin sans herbe, sans fleur!

Bientôt des plantes…en cailloux !

Le Square « Pauline Carton », au cœur de Biarritz en manque de nature.

Depuis 6 ans, j’ai la chance d’avoir des #arbres sous mes fenêtres. En plein cœur de la ville de #Biarritz, je me rends compte de l’avantage que me procure ce #jardin. Les platanes, les érables m’offrent chaque jour un peu de leur chlorophylle!

Depuis un peu moins d’un an les plantes, les arbres, l’herbe rare, les arbustes sont maltraités! Les haies sont massacrées, les arbustes coupés n’importe comment et le sol récuré, raviné afin d’en ôter la moindre pousse d’herbe sauvage! Seuls les cailloux résistent aux traitements des employés des jardins. Ont ils des ordres? Ou sont ils justes incompétents?

La Mairie prend-elle conscience de l’importance de cette petite goutte #verte dans un quartier ou les arbres sont devenus rares après la construction d’un immeuble (un paquebot devrais je dire!!!!) immense en lieu et place d’un espace vert aux arbres centenaires! Le béton remplace de plus en plus la nature! Rentabilité oblige, bien sur!

Arbustes et arbres ….IL y a du choix!

Mais alors ne serait il pas judicieux de protéger les petits ilots de verdure restant? D’en varier aussi les essences au lieu d’en réduire au maximum les variétés d’arbres et d’arbustes afin de les protéger des maladies (la Permaculture à fait ses preuves!) Et pour le plaisir de tous! Pour les solitaires qui aiment lire tranquille, les employés contrains de prendre leur pause déjeuner en ville au lieu de rentrer chez eux. Un moment de détente indispensable assis au calme à la fraîcheur des feuillages.

Pour les personnes âgées nombreuses qui viennent y refaire le monde en se réchauffant à la tiédeur des fin d’après midi accompagnés de leur compagnon à 4 pattes:)

Dans un pays ou les animaux familiers sont de plus en plus nombreux l’accès de tout espace public (plage, parc…) leur ai interdit! L’éducation veut que l’on ramasse ce qui pourrait tomber du derrière de son animal…Normal! Mais pourquoi leur interdire l’accès? Salissent ils davantage que les hommes? Polluent ils plus que les mégots abandonnés par les nombreux fumeurs peu scrupuleux!

Alors, « mon  » jardin devient le repaire de jeunes qui s’y réfugient pour « fumer » des substances « illicites » (malgré nos appels au commissariat) laissant aussi trainer leur vieux mégots, canettes, carton de pizza et divaguer leurs jeunes chiens bruyants grignoter le bois des bancs avec leur jeunes crocs acérés et faire leur crottes partout sans surveillance… tous les soirs!!

Au jardin, seuls les #enfants devraient ils être admis… Mais sur un gazon artificiel rouge! (même principe que le poisson carré:) Des cailloux, des graviers, de la #terre pauvre, sèche sans vie, tout autour des jeux mis à la disposition des petits Un toboggan, un petit cheval à bascule et une sorte de balançoire, rien de bien folichon. L’air de jeux en pleine nature n’est qu’un vain mot…sans doute inconnus de nos élus. Seuls petits jeux dans mon quartier et pourtant il y a des écoles maternelles autour….donc des enfants!

Il est vrai que leurs parents préfèrent sans doute s’expatrier ailleurs qu’à Biarritz, dans des communes plus accueillantes, faute d’appartement à prix « convenable » car moins leur clientèle est moins rentables et moins représentatives que les riches et célèbres visiteurs pourtant très occasionnels du mois d’aout.

« Jardin public »… il est donc un peu à nous aussi!

Un beau jardin….Mais pas à Biarritz!

A nous donc de lui redonner vie! De prendre les choses en main aussi, attendre et se lamenter, ne servira à rien. C’est un peu notre envie, notre idée!

Sur la demande de mes voisins, j’ai accepté d’animer quelques temps un #atelier autour de la #nature, du #jardinage, pour les petits voisins de « mon » #jardin, sans #herbe, sans #fleurs…presque sans vie.

land'art carré de minéral et végétaux
Petit Mandala réalisé par des enfants

Je vous propose 1 atelier découverte le 18 septembre. Le 25 je ne pourrais assurer l’atelier, je serais à BAB 2 en démonstration d’art floral japonais: IKEBANA de 14h à 18h

Ouvert à tous, l‘#atelier_nature aura lieu les #mercredi après midi. Premier le 18 septembre à 17h après le gouter. Tant que les jours sont longs et encore chauds.

En octobre je le proposerai plus tôt vers 16h! Le gouter sera inclus dans l’atelier et pris avant l’activité. Je recherche un lieu proche, suivant le nombre inscrits:) et je vous en reparlerai:)

Pour toutes informations, questions n’hésitez pas à me joindre par mail sur ma page contact ou par téléphone au 0608039686 (numéro masqué rejeté!) Soyez curieux…Suivez moi aussi sur les réseaux Instagram, Facebook et Pinterest!

Au plaisir de vous rencontrer de vous fleurir! Véronique, créatrice d’émotions florales.


Poster un commentaire

La rentrée florale de l’hortensia.

Hortensia blanc en pot

Les vacances terminées, l’heure de la rentrée à sonné. Les décorations florales d’hiver se préparent maintenant!

Petits et grands allons reprendre le cours de nos vies professionnelles. Les écoliers pensent déjà à leur nouveau cartable, à retrouver leurs copains, les plus grands rêvent déjà aux prochaines vacances, les animaux, eux débutent leurs réserves hivernales pour supporter les restrictions hivernales et le froid!

Le longs des routes, dans les parcs publics, au cœur des #jardins les platanes perdent déjà leur #feuillage abondant, celui même qui nous a préservé, avec générosité, des grosses chaleurs de l’été. Les rosiers se dépêchent de sortir leurs dernières tiges rougies de soleil et d’ouvrir leurs ultimes boutons, les rares framboises rescapées des moineaux, murissent aux rayons tièdes du soleil qui décline lui aussi chaque jour un peu plus.!

Land'art chemin de feuilles
Land’art …Spirale de feuillage

C’est une saison douce, #colorée riches en parfums, qui s’ouvre à nous. Bientôt l’#automne, ma préférée. Celle ou les jardiniers vont avoir du pain sur la planche,: couper du #bois, ramasser les #feuilles tailler certains arbustes, #planter les bulbes printaniers. Du matin au soir, ils vont profiter de la #nature, vidés des touristes, des vacanciers qui s’étalaient sur les parcelles d’herbes fraîches de nos espaces #verts publics, les jardins leur appartiennent tout entier enfin à nouveau!

Le temps de récolter et de rassembler les derniers végétaux à sécher comme les #hortensias, les #tournesols, les épis de maïs, certains #feuillages aux couleurs attrayantes avant que le vent, la pluie ne les détériorent.

Tailler ou pas le feuillage de l’hortensia en fin d’été, deux écoles, chacune à ses raisons!

Hortensia ros vif
Hortensia

Ma grand mère préconisait de conserver le #feuillage sur les tiges jusqu’à l’apparition des premiers #bourgeons au printemps, pour « protéger » la #plante des risques de froid. Puis de tailler au 2/3 aux beaux jours à la remontée de sève.

Certains jardiniers, eux préfèrent au contraire, tailler court à l’automne, puis une seconde fois au printemps ce qui permet à la plante de garder sa vitalité pour faire de nombreuses #fleurs!

Je n’ai pas d’avis. Mais ce qui est certain c’est que si vous souhaitez des massifs d’ hortensia hauts, la première solution est plus plausible. Votre hortensia se garnira plus en feuillage qu’en fleurs. Mais c’est beau aussi les #feuilles, moins gourmands en eau, si vous partez souvent les week-end, l’été!

Des fleurs faciles à conserver.

C’est le moment pour couper et faire sécher avec soin les fleurs et feuillages que vous souhaitez conserver jusqu’au printemps prochain: #hortensias, Echinops, nos #chardons surnommés aussi « oursins » des près ou hérisson végétal!!), les achillées, et les #cynorhodons cueillis bien secs (fruits des #rosiers) sans oublier la #lavande..afin d’en préserver un maximum de couleurs, de parfums, surtout pour cette dernière.

Indispensable cueillette avant que les pluies de l’automne n’assombrissent, ne tachent, ne rouillent les pétales de couleurs vives, ne réduisent, au mieux à de la dentelle (des merveilles parfois) au pire à une fibre gélatineuse qui se délite sous les doigts.. Il est donc préférable de couper les plus belles têtes d’hortensia (et autres végétaux) et de les faire sécher avec soin, le plus rapidement possible dès que vous commencez à apercevoir des pétales brunis! Vite demain il sera peut être trop tard!

Séchage indispensable des fleurs d’hortensia, pour en profiter jusqu’à la prochaine floraison.

Couronne d'hortensia sechés
Couronne murale de fleurs séchées d’hortensia

Les variétés à #fleurs roses aux pétales épais ainsi que les têtes #bleues bien vives sèchent bien. Les couleurs pastels, les têtes blanches beaucoup moins, ayant tendance faner voir à roussir ,

Vers la mi-septembre, au plus tard, c’est la fin de floraison, la période ou la nature se met au repos, et où la sève à commencé à descendre. Entreprenez votre « bricolage floral avant les périodes de pluies automnales qui abiment les pétales se gorgeant d’eau! Afin de garder la splendeur de vos bouquets d’hortensia je vous conseille donc d’en couper les plus belles inflorescences, d’en ôter toutes les feuilles des tiges vertes ou en bois.

Personnellement après les avoir ramasser je les accroche en courant d’air à ma fenêtre située au nord ouest, en guirlande espacées ,pour les faire sécher rapidement.

L’idéal serait une pièce sombre ou au moins sans soleil, bien ventilée afin que vos fleurs perdent leur humidité le plus vite possible. Suspendre les fleurs la tête en bas dans une pièce sèche, chaude bien aérée, comme une chaufferie. Plus le processus de séchage est rapide, plus les fleurs conservent leurs couleurs chatoyantes. Alors juste pour elles…Vive les courants d’air!

Têtes d’hortensia séchant en courant d’air

Vous profiterez ainsi, d’ici 8 à 15jours et pratiquement pour une année, de vos magnifiques et volumineuses boules colorées épanouies, aux teintes certes un peu passées, un rien vintage, mais romantiques à souhait.

Mes trucs!

Certains vaporisent leurs fleurs séchées de laque pour éviter la tombée des sommités, personnellement sauf dans l’utilisation de fleurs très fragiles, si je dois les travailler, je préfère m’en abstenir car la poussière s’y fixera aussi plus rapidement!

Une évidence mais que je tiens à rappeler: éviter d’exposer vos bouquets à une lumière intense, les rayons directs du soleil favorise leur décoloration! Fragile, les hortensias séchés préfèrent ne pas être tripoter…trouvez leur un emplacement ou vous pourrez les voir mais sans les manipuler, en attendant la prochaine floraison estivale.

Hortensia à panicules garantie d’une floraison abondante

D’autres méthodes de conservation des fleurs d’été.

Créatrice d’émotions florales, j’aime multiplier les expériences, tester, découvrir de nouvelles textures, les mélanger parfois aussi. Curieuse je recherche des techniques nouvelles, pour renouveler ma façon de travailler, de créer. Pour conserver les végétaux, les modes ont évoluées, changées et certaines sont réapparut .

Le séchage à plat, un classique qui à fait ses preuves.

Petites on apprenait aux enfants à confectionner un herbier pour conserver le souvenir d’une promenade, d’une rencontre… Vous rappelez vous? Nous rangions alors soigneusement les plantes par variétés, couleurs, démembrant la tige, les feuilles, les fleurs, pistils etc etc. Nous les mettions ensuite dans un gros livre, bien lourd entre 2 feuilles…Puis quelques semaines après c’était le moment de la redécouverte. Certains en faisait des signets pour garder la page de lecture, d’autres, comme moi, en faisions des petites cartes de Noël, d’anniversaire voir des tableaux!

Le siccatif, agressif.

Une autre technique de conservation, est la dessication (dangereuse pour les enfants non accompagnés!) avec du gel de silice par immersion durant 4 jours maximum (plus détruirait les sommités florales) Une pratique encore utilisée pour faire des sous verre délicats. J’ai adoré essayer! Un travail qui demande de la patience, du soin aussi mais attention aux mains, aux yeux!

Patience et longueur de temps….Du temps et de la patience!

La technique la plus simple mais la plus longue …Laisser les têtes d’hortensia dans un contenant avec un peu d’eau loin du soleil et attendre que les fleurs ai bu toute l’eau, aidé de l’évaporation, durant plusieurs semaines, les fleurs vont sécher sur leur tige.

Bonne rentrée…et vive les jours moins beaux ou l’on prendra le temps de bricoler de superbes décorations florales avec nos fleurs séchées!

Couronne murale de lavande et autres fleurs d’été

J’anime des cours d’art floral toute l’année dont vous trouverez les dates et les thèmes dans le menu Ateliers d’art floral au fil des mois, les cours de septembre sont en ligne. A ce sujet s’il vous reste 7 minutes devant vous, juste le temps pour répondre à quelques questions, vous me rendriez bien service:)

Vous pouvez m’écrire, me posez vos questions, réserver une date pour un atelier d’art floral privatisé,(#evjf, #anniversaire…) dans le menu contact ou par mail: lesfleursbuissonnieres@gmail.com . Je répond toujours!

A bientôt. Au plaisir de vous fleurir. Véronique


2 Commentaires

Élise triomphe en son jardin

On marche sur la tête! On #surf sur la #vague de la #pauvreté, l’écume des #richesses n’arrosant toujours et en s’amplifiant ceux qui le sont déjà!

Votez #vert, pour moi devient urgent! En troisième position aux #élections Européennes (si je ne dis pas de bêtise) c’est le signal qu’il se passe enfin quelques chose dans nos « petits cerveaux » sur les rails de la consommation exponentielle!
Obsolescence programmée, déchets alimentaires faramineux alors que de plus en plus de Français (pour ne parler que de nous ) ont de plus en plus de mal à vivre correctement de leur travail, de leur retraite!!!!!!!!

Alors MERCI à Elise d’avoir osé proposer son projet de « verdure » utile à tous, à une ville, #Biarritz, une mairie riche, tourné… vers les riches propriétaires plutôt que vers ceux qui y travaillent et ne peuvent s’y loger, mais qui font vivre les petits commerçants !

Elise, mais aussi les verts ou juste ceux qui prennent conscience que notre monde s’enlaidit, se rétrécit se ratatine autour de minis #espaces verts dans lesquels on coupe des #arbres magnifiques, des essences mythiques à Biarritz (Les sublimes #Tamaris centenaires) pour planter vite, et mal des #arbustes maigrichons, peu ou pas adaptés à notre climat!

Merci et bravo à Elise d’avoir osé de relever et remporté le challenge!
Merci à Elise (que je ne connais pas) d’envisager de ponctuer notre ville de bulles de vies animales et végétales et mettre ainsi un peu de poésie dans notre ville autrefois plus #verdoyante, au profit d’immeubles à l’architecture parfois douteuse.

Merci à Elise et ses comparses  qui ainsi donneront peut être une chance aux futures générations de pouvoir contempler simplement un peu d’herbe, quelques insectes chatoyants…Gouter à des fruits qui ont du gouts!

Simplement avec son enthousiasme, sa jeunesse… et ses amis m’a-t-elle rappelé dans son petit message, car c’est bien un petit collectif de passionnés, de techniciens de spécialistes de la nature qui à remporter le challenge!
Bravo à tous!

Véronique « Créatrice d’émotions florales »
Les Fleurs Buissonnières

A lire donc l’article çi dessous  provenant de « Bisque, Bisque, Basque »

Bisque, Bisque, Basque!

Passionnée d’agriculture naturelle, Élise Tinel, est lauréate du budget participatif avec son « Permis de végétaliser sur le domaine public ».

Elle ne vit que depuis sept ans à Biarritz, autant dire qu’elle est stagiaire première année, et cumule les handicaps dans un Pays basque parfois très autocentré, puisqu’elle est Lorraine d’origine. Mais l’adage dit « ce que femme veut, Dieu le veut ! ». En proposant de mettre en place à Biarritz un « Permis de végétaliser sur le domaine public », Élise Tinel vient donc d’être désignée lauréate du premier budget participatif, une initiative de la mairie que Bisque, Bisque, Basque ! a toujours saluée. Rencontre avec une sympathique obstinée qui a le mérite de se battre pour ses idées et nous accueille aux serres de la Milady où elle anime l’association Bio Divers Cité.

https://www.facebook.com/BioDiversCite/

En mai 2012, lorsque Élise, en tant qu’éducatrice spécialisée, accompagne un groupe d’adolescents à Capbreton…

Voir l’article original 473 mots de plus


3 Commentaires

Un monde végétal…Arbres, Fleurs…Des êtres vivants! Colorés, multiformes…A regarder de plus près!

dessin  d'un arbre dansant avec ses amies fleurs autour!
La ronde de l’arbre

Ces arbres, nos amis proches!

Les arbres de nos villes, de nos campagnes, de nos forêts, même sous nos climats offrent, à qui sait leur consacrer un peu de temps, encore des sources de ravissements, sans cesse renouvelée.

Comme nous son « sang » circule partout dans la moindre partie de ses fibres. Comme nous il respire, transpire, perds ses « cheveux » au fil des ans. Comme nous il peut être souffrant, attaqué par des parasites, des microbes. Et, le plus extraordinaire, des scientifiques l’ont prouvés, il communique avec ses congénères!

affiche l'intelligence des arbres

Nous aimons tous les arbres. Certains les voit, d’autres, les regarde mais peu les observe de près, les touche, les sente!

Observer les écorces des arbres leurs textures, aspects, couleurs, craquelures, est un plaisir que j’affectionne. Ils nous proposent une collection de sensations fantastiques faisant appel à tous nos sens! Le regard, d’abord. Durant toute l’année du printemps à l’automne au moins, et si, en hiver, les feuillages chatoyants de la plupart sont tombées, les troncs deviennent à leur tour, des parures à ne pas négliger. Les unes soulèvent leur écorces en de grosses écailles aux teintes variées du caramel au chocolat (platane) au café noir (pin) laissant entrevoir des sous couches plus claires, plus douces, plus parfumées aussi, d’autres décollent avec discrétion des lambeaux plus ou moins fragiles et colorés de fines écorces presque translucides comme le bouleau du blanc laiteux au vert anisé…et toujours des teintes surprenantes , chacun sa technique pour se rendre « intéressants ». Ouvrons l’œil !

Le toucher, vient ensuite. Laisser vous surprendre par leur « peaux » si différente, proche de la soie pour le bouleau, ferme et régulière du chêne, rugueuse des pins, craquelé avec ses « vallées » des platanes… (j’y reviendrais dans un article plus complet)

Arbres du monde

Votre odorat, si vous vous approchez encore davantage, sera comblé…Des voyages olfactifs étonnants qu’ils vont vous offrir: du pin, à l’eucalyptus en passant par le cèdre… Et bien sur la cannelle que nous connaissons tous dans notre cuisine! Notre armoise à pharmacie en regorge aussi avec les bienfaits de certaines essences sous forme d’huiles essentielles!

Cultivées ou pas…

Chaque années d’innombrables variétés de fleurs, de plantes, de végétaux de toutes sortes apparaissent au marché de gros d’Aalsmer aux Pays bas, le plus gros marché du végétal au monde. Des provenances, de plus en plus lointaines, de tous les latitudes, de tous les continents approvisionnent les stands immenses, à perte de vue, des grossistes.

Vues sur le marché d’ AALSMER au Pays Bas

Fleurs, feuillages, fruits et baies d’infinie variétés m’étonnent me ravissent, chaque jour, à l’arrivage, tant l’univers végétal est vaste, varié, coloré! Toujours curieuse de les « travailler » de connaître de nouvelles formes, textures, odeur (parfois) et leur tenue en vase aussi, j’aime tenter l’expérience de la découverte.

Mais il n’y a pas que des végétaux « frais » il y a aussi, leurs fruits: cosses, graines, gousses : longues, fines, larges, fragiles ou épaisses, de toutes les formes et textures possibles des pommes, de conifères et de résineux de tout calibres et couleurs : sapins, cèdres, épicéas, mélèzes, thuyas et autres pins…, des mousses, des lichens, lisses ou poilus, touffus doux ou drues du blanc au vert profond en passant par des nuances variées de vert de gris, au bleuté pastel.

Et oui , je m’émerveille toujours autant après plus de 30 ans de métier, des teintes extraordinaires du monde végétal, véritable arc en ciel de « mon » univers floral et je ne parlerai pas aujourd’hui de celles des oiseaux, papillons, poissons… Très sensible aux nuances, je suis presque pointilleuse lors de mes achats, c’est aussi un de mes points forts peut être; sans doute un héritage doublement génétique d’un père artiste peintre et d’une mère décoratrice de talent!

Je suis née dans les tubes de peinture!

Composition en damier de fleurs, plantes et fruits
Damier coloré de fruits, fleurs et plantes

Café, bordeaux, caramel, brique, chocolat, safran, ébène, épinard, sapin, ciel, gris souris, tourterelle, poudré, ardoise, lavande, violette, azur, émeraude, turquoise ou plus fruité, mandarine, pistache, vanille, jaune citron, melon, prune, fraise, tomate, cerise, pêche, abricot, banane ou encore,corail, sable, poudrée,blanc neige (les Inuits ont pour cette couleur plus d’une centaine de noms différents!). Je pourrais énuméré ainsi des milliers de teintes qui pour moi ne sont pas simplement du jaune, du rouge, du bleu, du vert ou du noir, mais une palette d’infinie nuances que je perçois d’un œil perçant!

Je peux affirmer que la couleur fait partie intrinsèquement de ma vie!
Bouquet acidulé aux couleurs d'agrumes
Un bouquet classiquement rond mais très original par ses teintes fruitées

J’ai parfois l’air dans les nuages, c’est un peu vrai, je regarde partout, en quête d’une vie…inaperçue!

Partout c’est pour moi un festival de coloris, de nuances, de teintes à observer. Parfois complexe à vivre, du choix de mes chaussures le matin, des différentes teintes des trottoirs que je trouve mal assortis (raccords hihihi). Mais la plupart du temps je me régale à poser mon regard sur des choses anodines pour la majorité des gens car ville aussi, à ses couleurs: les sols ou nous marchons(calcaires, argileux, sablonneux…) les innombrables teintes des feuilles des arbres des jardins, des herbes folles et sauvages colonisant jusqu’au moindre interstices des rares murs en pierre de nos villes.

J’aime la nature !

Mes yeux sans cesse sont en recherche partout ou ils se posent de ce qu’ils ne connaissent pas, encore, dans la nature, devant un brin d’herbe, à travers un buisson...curieux, attentifs à la vie qui est présente autour d’eux! Vous aurez sans doute compris que je ne pourrais me passer de cette nature à la fois si proche et encore si inconnu.

Prairie sauvage
Environ 500 000 espèces de plantes sont décrites dans les livres mais savez vous que plus de 2000 espèces sont encore découvertes chaque années, non identifiées, sans nom. C’est chouette, non !

Et oui ma profession de fleuriste, vivant au plus près de si belles choses, en fait rêver plus d’un(e). C’est en effet une passion avant d’être un métier! Depuis mes débuts je n’ai cessé d’y prendre du plaisir malgré les désagréments inconnus de la plupart de nos clients: le froid vif l’hiver…on ne chauffe quasiment pas nos boutiques l’hiver, les mains dans la terre au mieux, dans l’eau tiède le jour de l’arrosage et l’été, « on » garde la fraicheur » entre 12 et 18° sous la clim, lorsqu’il fait plus de 25 à 30 dehors…rhume assuré ou rhume des foins en fonction de certains pollens. Pour certains aux peaux plus tendres, des allergies à certains feuillages :primevère, thuya, sapin, dont les caresses sont souvent urticantes!

Pour partager tout ça, j’ai donc choisit depuis que j’exerce en freelance de proposer des ateliers d’art floral afin de tenter de communiquer avec ceux qui vibrent aussi à l’unisson de la nature, comme moi! Art floral mais aussi Land’art , une autre façon de communier avec elle. L’art de créer avec elle! Rien n’est détruit, cassé, détériorer! Juste, pouvoir prélever ce qui est au sol, offert comme un cadeau aux yeux de ceux qui savent observer, admirer…créer avec elle et lui laisser ensuite en offrande à sa beauté!

Composition piquée d'anthurium rouge
Trio exotique

Vous souhaitez me rejoindre…C’est facile, un petit mot sur ma messagerie lesfleursbuissonnieres@gmail.com pour connaître les dates envisagées, me confier vos envies, vos disponibilités et je me charge de monter un atelier au plus près de chez vous.

INFO Les ateliers autour de la nature (Land’art) peuvent être organisés sur une plage (Anglet) en forêts ( Chiberta) et à la campagne (à la pension pour chevaux #ZALDIETXEA de Saint Pee sur Nivelle) et si vous le souhaitez créer un atelier privatif (Anniversaire, cousinade, mariage) dans un jardin privé (sur devis)

Pour les ateliers d’art floral, des groupes de 6 à 10 personnes ou destinés aux EVJF, art floral japonais, art floral contemporain se font à l’Hotel #LAMINAK à Arbonne proche de Biarritz. Et je suis toujours curieuse et partante pour découvrir un nouveau lieu pour créer un atelier.

A très vite Véronique


Poster un commentaire

Les Roses Anglaises, vous connaissez… celles de David Austin sont incontournables.

Douceur, délicatesse, beauté. Telles sont leurs principales qualités.

David Austin est un rosiériste anglais qui s’est intéressé à la culture des roses dès 1950. Il créa sa propre pépinière une quinzaine d’années après, afin de mettre en application ses recherches et de pouvoir croiser des nouvelles variétés aux rosiers « anciens » des XVIII et XIX ème siècle dont les parfums puissants et les formes variées dépassaient de loin celles des rosiers de maintenant.

Son envie : créer des rosiers » anciens modernes » .

Les rosiers « modernes »avaient certes pour eux une diversité de coloris très étendu, mais leur fleurs calibrées, avec peu de pétales, le plus souvent manquaient d’élégance. Des parfums quasiment inexistants, alors que les « anciens » disposent toujours d’une puissance que l’on pourrait presque qualifié d’aromatiques, tant ils étaient variés. Aux effluves de myrrhe, de miel, d’amande, ou poudré, acidulé, citronné… fruité, les roses « modernes » ont beaucoup à leur envier!

Une passion familiale

Depuis les année 90, David Austin (junior) le rejoins pour développer son programme d’hybridation. Plus de 150000 croisements, plus de 250000 jeunes plants germeront les années suivantes. Une nouvelle variété se crée avec patience; environ huit années sont nécessaires pour parvenir à confirmer une nouvelle rose dite « anglaise ». Chaque année se sont donc quelques naissances chez David Austin. Car peu d’élue dans ce cercle restreint. Il lui faut répondre à des critères très sévères et bien précis pour obtenir son titre de « Roses Anglaises »

Pour rentrer dans ce cercle très fermé des « Roses Anglaises »

Tout d’abord la rose doit de posséder un atout de charme au regard: de très nombreux pétales qui vont peu à peu se dérouler au fil des jours, ne laissant voir son cœur que longtemps après l’éclosion (contrairement aux églantines, proches de nos roses actuelles). En effet ses pétales s’ouvrent successivement par étapes, chacune laissant entrevoir une nouvelle série de pétales et parfois de couleurs et lui une durée de vie très longue, même en vase. En effet lorsque les premiers pétales extérieurs meurent, d’autres éclosent en laissant apparaître de plus frais, plus fringants!

7 jours d’écart entre la première, encore en bouton mais déjà ouverte et la dernière

Ses pétales colorés , légèrement fripés, tels du papier de soie le plus fin, presque transparents devront jouer avec la lumière du soleil. Leur coloris superbes du blanc le plus intense au rouge cuivré, la plupart tendent du jaune poussin au corail en passant par l‘abricot, du rose poudré au rose framboise, des coloris toujours délicats. La transparence, la fragilité apparente de leur robe, ainsi que leur parfums puissants font des « Roses Anglaises » des roses exceptionnelles.

Son feuillage aussi doit être irréprochable. D’un beau vert tendre, exempt de maladie, de trou laissant supposer que la plante est en bonne santé. Si sa tête penche légèrement sur sa tige, pas d’inquiétude, elle reprends son allure charmante de la rose de jardin.

Du jardin au vase

Toujours cultivées en Angleterre , dans la roseraie d’Albrighton, la grande famille des Rosiers Anglais de jardin compte plus de 800 variétés .

Roses anglaises, de jardin encore sur tige

« Lady of Shalott », « Gertrude Jekyll » ou encore « William Shakespeare » des noms bien anglais pour désigner ses rosiers à fleurs de jardin. Bouton rouge-orangé à grandes fleurs, rose-saumon dont l’envers nous étonne par sa couleur jaune, cramoisie devenant pourpreJaune pur au parfum de thé à la violette , les rosiers de la famille Austin parfument délicieusement les jardins de curée, les jardins ou les herbes folles ont encore leur place!

En 1992 David Austin eut la bonne idée de se lancer dans la création de variétés destinées aux vases. Cinq variétés parfument désormais nos maisons. Leur tenue en vase exceptionnel vaut assurément leur prix qui dépasse (voir du double) les roses de grandes cultures industrielles.

Mêmes qualités que leurs sœurs de jardin: leurs couleurs délicates et profondes, leurs parfums puissants,leur port gracieux, les roses anglaises que l’on trouve (ou que l’on peut commander) en France s’ouvrent aussi par étapes tout doucement pour nous donner de vraies émotions florales immenses .

Tous nos sens sont sollicités…N’hésitez pas à les découvrir, mieux vaut moins de fleurs dans un vase mais à fort potentiel émotionnel qu’un bouquet énorme sans attrait!

Une référence en matière de gravures de roses

Merci Monsieur David Austin .


Poster un commentaire

Des fleurs presque éternelles, plus vraies que nature!

Ces végétaux feuilles et fleurs, que l’on dit préservés, durables, stabilisés…Permanents!

Roses anglaises stabilisées
Photo @SecondFlor

Dans un article précédent je vous racontais un peu l’évolution des fleurs décoratives, non « fraîches » qui résistent aux outrages du temps. Des plantes et fleurs qui peuvent conserver un aspect frais et colorés même après plusieurs mois. Plusieurs sortes en lisses: artificielles, séchées ou les petites dernières dites « permanentes ». Plus exactement stabilisées.

A la vue, au toucher…elles peuvent tromper certains de nos sens. Leur procédé de conservation nous offre une apparence de fraîcheur. Hélas sans le parfum. Le spécialiste propose des effluves de roses en flacon, dont je vous en parlerai lorsque je l’aurai testé. Ces végétaux dénommés « permanents » sont le luxe suprême! Magie? Oui et non, entre la chimie et la nature des procédés « presque » naturels.

Des précisions détaillées en provenance d’un des meilleurs spécialistes de cette nouvelle technique de conservation.

 » Il est important de dissocier 2 processus de conservation végétale : La stabilisation et la préservation végétale.

La stabilisation s’opère à partir de végétaux vivants. Cette technique permet de figer la plante dans son état de fraîcheur après récolte. À contrario, la préservation de végétaux se fait à partir de végétaux séchés. Ce procédé permet de réhydrater le végétal. La stabilisation végétale est la technique la plus fiable dans le temps. Elle est aussi plus coûteuse car plus risquée.

STABILISATION PAR CAPILLARITÉ (FEUILLAGES)
C’est la technique de stabilisation originelle. Le pied de la plante encore fraîche est mis à tremper dans 5 cm de solution de stabilisation. Cette solution est à base de glycérine végétale, d’eau, de colorant alimentaire et de nutriments. La glycérine permet de retenir l’eau à l’intérieur de la plante et le colorant alimentaire permet d’obtenir la couleur souhaitée. Les nutriments servent à nourrir la plante durant le processus de stabilisation qui dure quelques jours. Après avoir absorbé cette sève de substitution, la plante ainsi stabilisée est mise à sécher durant 24h. Chaque espèce végétale à ses spécificités : La température de la solution de stabilisation, la durée d’absorption, la période de récolte ou encore les nutriments utilisés sont autant de facteurs qui assurent la réussite de stabilisation pour chaque espèce. Cette technique, considérée comme la plus noble, permet notamment l’obtention de couleurs inédites de feuillages, tout en conservant la couleur naturelle des branches et des tiges. En effet, généralement plus épaisses, elles ne laissent pas les colorants circuler jusqu’à leur surface. La stabilisation par capillarité est également utilisée pour certaines fleurs comme la statice dont il suffit de stabiliser la tige, la fleur étant naturellement sèche.

Kokédama
Également utilisable pour concevoir de vrai/faux kokédama!

STABILISATION PAR DOUBLE IMMERSION (FLEURS)
C’est la technique la plus répandue pour la stabilisation des fleurs. Les fleurs doivent être extra fraîches pour que la stabilisation soit réussie. Certaines variétés de fleurs sont idéales pour ce type de stabilisation. Cette technique consiste en deux étapes d’immersion. Le premier bain consiste à plonger la fleur durant 24h dans une solution d’alcool pur. Le but est de déshydrater la fleur tout en conservant sa forme d’origine. Lors de ce premier bain, elle perd également sa couleur d’origine. Le second bain est constitué d’alcool, de propylène-glycol, de glycérine et de colorants alimentaires. Le propylène-glycol et la glycérine, sous l’effet catalyseur de l’alcool, se chargent de réhydrater la fleur. Les colorants alimentaires lui donnent la couleur souhaitée. Les têtes de fleurs sont stabilisées sans leurs tiges car ces dernières prendraient alors la couleur de la fleur.

Hortensia stabilisés photos @SecondFlor

PRÉSERVATION PAR IMMERSION (FLEURS, MOUSSES, LICHEN)
Contrairement aux techniques de stabilisation, la préservation par immersion est pratiquée sur des végétaux séchés. Le procédé consiste à plonger la plante dans une solution de préservation à base de glycérine végétale, d’eau et de colorants alimentaires afin de la réhydrater. Cette solution doit être préalablement chauffée au delà de 40°C minimum. Le processus lui confère alors une nouvelle souplesse et la couleur souhaitée. Une fois sortie du bain, ces végétaux sont nettoyés puis séchés. Le temps de séchage peut fortement varier d’une espèce à l’autre, selon la nature plus ou moins spongieuse et/ou la porosité du végétal concerné. Cette technique, moins onéreuse et risquée, reste cependant bien moins fiable dans le temps. La qualité de conservation obtenue par cette méthode n’est pas comparable avec celles obtenues par les techniques de stabilisation. Dans le cas des mousses, cette technique est la seule fiable et valable mais demande des temps de séchage qui peuvent sensiblement augmenter les coûts de production.


Feuillages stabilisés photos @SecondFlor

Le lichen est lui immergé dans une solution saline. Cela présente l’avantage d’être non inflammable (contrairement à la glycérine) et naturellement traité contre les insectes. Par contre, il sèche en dessous de 40% d’humidité dans l’air. La stabilisation du lichen au sel permet d’en faire le végétal le plus fiable de tous les végétaux préservés.

Coussin d’alliance réalisé en végétaux stabilisés

PRÉSERVATION PAR PULVÉRISATION (MOUSSES)
Cette technique est sensiblement identique à la préservation par immersion. Elle est également utilisée sur une matière végétale sèche et souvent plate. Elle consiste à pulvériser directement sur le végétal une solution de préservation à base de glycérine végétale, d’eau et de colorants alimentaires afin de le réhydrater en surface. C’est le cas notamment pour la mousse plate et mousse boule pour laquelle ce procédé est couramment utilisé. Le processus lui confère alors une nouvelle souplesse de surface et la couleur souhaitée. Une fois pulvérisés, ces végétaux sont séchés uniquement. Le temps de séchage est ici bien plus court qu’avec une immersion totale. Cette technique est donc encore moins onéreuse et risquée que la précédente mais possède les même problématiques de fiabilité dans le temps. La qualité de conservation obtenue par cette méthode n’est pas comparable avec celles obtenues par les techniques de stabilisation.

Idéale pour créer de l’émotion floral les jours de mariage. Floraison d’accessoires pour les mariées, ses demoiselles d’honneur et le cortège. Ils deviennent de vrais bijoux floraux.

TECHNIQUES MIXTES & AVENIR
Certains végétaux peuvent être stabilisés en combinant plusieurs techniques:

-On peut par exemple concevoir de déshydrater la plante dans un bain alcoolique et la réhydrater dans un bain de glycérine chaude sans catalyseur ni propylène glycol.

-On peut également immerger un végétal frais en considérant qu’il pourra tout de même absorber la glycérine par capillarité dans le bain. Il n’est pas rare d’enchaîner une stabilisation par capillarité avec une immersion pour fiabiliser la couleur extérieure.

-On peut également assurer la tenue du végétal en stabilisant par capillarité puis donner la couleur par immersion. De nouvelles techniques de stabilisation innovantes sont en cours de développement. Certaines, comme à base de CO2 sous pression, offrent la possibilité de stabiliser de nouvelles espèces. Elles permettent surtout de réduire le temps nécessaire à la stabilisation des fleurs et des plantes.

La stabilisation végétale n’en est qu’à ses débuts. Les connaissances et les techniques dans le domaine sont en constante évolution.

Merci à l’entreprise @Second Flor » spécialiste de cette technique pour ces explications détaillées et à qui j’ai emprunté aussi certaines photos de leur site réservé aux professionnels!

Dahlia rose dragée stabilisé
photo @SecondFlor


Poster un commentaire

Fleurs fraîches, séchées, permanentes, artificielles, intemporelles, stabilisées… Vous êtes perdus!

Parfois les fleurs de belles compositions, travaillées avec talent, peuvent tromper nos perceptions. Regardez y bien de plus près.
Vraies ou fausses? Lesquelles sont naturelles?

Lorsque j’ai débuté ma carrière de fleuriste nous avions le choix d’utiliser, selon leur destination, des fleurs fraîches, des fleurs séchées (peu de variétés à cette époque) toutes deux naturelles et des fleurs « artificielles » le plus souvent en soie ou en tergal.

Bouquet classique de flerus séchées
Bouquet de fleurs séchées avec fleurs exotique

Les premières étaient destinées aux évènements familiaux: mariages, communions, baptêmes, anniversaire et enterrements... Ces fêtes de famille étaient fleurit avec de « vraies » fleurs comme disaient les clients!

Les fleurs séchées pour les petits cadeaux achetées par les personnes d’un age avancée,souvent assortis de contenants en argent, porcelaine et paniers de toutes sortes. Elles ont peu à peu désertées nos magasins, puis disparut pendant une vingtaine d’années, pour revenir en force depuis 2 ans avec des nouvelles utilisations portées par les jeunes générations (couronnes de demoiselles d’honneur, couronnes de Noël, attrapes rêves…)

Duo de couronnes en fleurs séchées

Les plantes artificielles ont envahies le marché de la production artificielle, réservées plutôt aux hall d’hôtels, aux bureaux, aux banques, aux administrations…aux terrasses et aux cimetières! Sans entretien elles offrent un cadre de verdure « trompeur » mais apaisant, un facsimilé de nature pour bureaux sombres!

Plante artificielle dans un salon

Cependant, de belles factures, aux finitions soignées, les fleurs « en soie » onéreuses ont toujours des amateurs, le plus souvent destinées à la haute couture, de très belle qualité, quasiment impossible de soupçonner (sans les toucher) que ces fleurs, feuillages, fruits, sont « faux ». Les plus beaux spécimens étaient (et sont encore souvent) découpés, façonnés, confectionnés, gaufrés, repassés, roulottés, montés, cousus de A à Z en France, entièrement à la main, pétales par pétales, feuilles par feuilles. Un travail d’ artisans de hauts niveaux qui apprécient les matières précieuses comme le pongée de soie,le shantung…et même des plumes, ne dit -on pas dans le langage commun des « fleurs en soie ». Ces fleurs et feuillages délicats trompent facilement nos perceptions premières.

chapeau de paille guirlande de pivoines
Un ensemble superbe en roses anciennes ….en soie!

Mais peu, très peu, sont encore fabriquées en France! Les Pays du continent asiatique se sont emparés du marché. C’est la mort de notre magnifique « industrie artisanale française ».

Peu, très peu, de ces fleurs somptueuses sont encore fabriquées, confectionnés dans de belles matières avec une infinie patience, un doigté précis, une immense dextérité par nos « petites mains ». L’Asie à petit à petit remplacé par des tonnes de fournitures à bas prix, nos merveilles d’antan. Les derniers magasins qui osent encore vendre des fleurs « artificielles » ne proposent que du très bas de gamme. Nos fournisseurs aussi perdent à leur tour cette diversité, de fleurs et feuillages, cette qualité bien française qui nous permettaient de proposer de belle décorations florales pérennes pour des occasions exceptionnelles! Envahit, par les produits venus de loin, nous n’avons pas gagné au change.

Fleurs artificielles d’une grande surface sans doute pas les plus vilaines.

Certes, beaucoup moins chères, les fleurs (les feuillages surtout) sont devenues moches, aux couleurs criardes ou délavées, mal finis sans aucun attrait, surtout pour nous fleuristes qui aimons les belles matières! La plupart sont vendues à l’occasion de La Toussaint pour poser sur les tombes! Avec un peu de savoir faire en sachant les choisir, elles peuvent néanmoins trouver leu place dans des décorations et accessoires à des prix raisonnables. Certes il reste quelques belles boutiques qui vendent de très belles fleurs , mais la rareté, le coût des matières et les taux horaires européens (normaux!) de cette main d’œuvre très pointue, qualifiée, amoureuse du travail bien fait, ont fait explosé les prix et quasiment aucun de nous ne peut encore acheter de ces fournitures et encore moins avoir assez de clients fortunés à qui les vendre. Ces fournitures sont désormais réservées et surtout utilisés par la haute couture ou dans certains mariages pour « donner du volume », mélangé à des fleurs naturelles, elles sont louées, servent plusieurs fois…et deviennent ainsi « rentables » à acheter.

Notre profession s’adapte en permanence, en recherche de nouvelles techniques, de nouveaux produits!

Une ère nouvelle de végétaux dits « permanents » apparaissait alors dans les années 85/90. Ni sec, ni frais, ce nouveau produit donnait une sensation de fraîcheur.

Rose éternelle, symbole de la fleur permanente

En 1988 j’ouvrais ma première boutique à Ustaritz et je m’étais prise de passion pour ces fleurs. Mes préférés, les hortensias aux couleurs sublimes allant du jaune safrané au bleu turquoise en passant par le vert émeraude. Blanc immaculé, bleu ciel, rose dragée, corail, pêche...j’étais étourdi par tant de teintes toutes plus somptueuses les unes que les autres et leur souplesse! Même chères, ces fleurs m’attirait, me donnait des idées…je créais donc avec elles!

Elles résistent au temps, mais, détestent la lumière et l’humidité! On les dit « stabilisées ». Attention, à NE pas les confondre, avec les fleurs artificielles qui elles NE sont absolument pas naturelles (en tergal, tissu plus ou moins de bonnes qualités voir en plastique!) même si certaines sont confectionnées parfois avec des matériaux « vrais ». Fleurs dont les pétales sont reconstituées en bois .

Les végétaux permanents sont eux « réalisés » à partir de vraies plantes, fleurs et petits fruits . Par immersion ou absorption d’un mélange (top secret),elles conservent ainsi leur souplesse et une sensation au toucher similaire à celui qu’ils avaient lorsqu’ils étaient encore « vraiment » vivants.

Bout de bancs bleu en hortensia et lavande blanc
Bout de banc en hortensia bleu et violet et eucalyptus stabilisé

Trente ans ont passés et je redécouvre, sous d’autres marques des produits exceptionnels! Certes je ne travaille plus de la même façon, mais je leur ai trouvé d’autres destinations! Déjà dans les années 2000 on voyaient poindre le bout des pétales de ces roses permanentes aux couleurs éclatantes, surtout pour la St Valentin; elles avaient déjà une place de choix dans ma boutique de Biarritz et celle de mes confrères! Aujourd’hui loin des 2 ou 3 couleurs proposées à l’époque (rouge, orange, blanc) il y a près de 20ans c’est aujourd’hui un festival de coloris, déclinés dans de nombreuses tailles, de nouvelles variétés. L’Hortensia toujours mais aussi des roses traditionnelles ou sauvages (plus plates), des dahlias, des mini chrysanthème délicats, des feuillages variés. Les roses sont vendues dans différentes tailles, de la mini de quelques centimètres de diamètre à une géante composée de plusieurs complices assemblées en une seule tige! L’effet est bluffant.

Peut être en avez vous vu constituant les robes de mes poupées décoratives, appelées « demoiselles« , de mes « danseuses » en tenue d’apparat ou de gymnastes à la jambe légère. L’ hortensia, lui préfère accompagner les couronnes gracieuses des cheveux des jeunes filles, de cortège ou des mariées sages! C’est aussi une façon pour ces dernières de conserver un souvenir concret de leur couronne et de leur bouquet de mariée presque éternellement!

couronne de fleurs rosée stabilisées séchées
Couronne délicate en hortensia, dahlias précieux et quelques fleurs séchées

Si ces produits sont un peu plus onéreux, ils ont le méritent de rester intacts, tant en couleur qu’au toucher; se conservent très bien à l’abri de la lumière et de l’humidité. Bien malin celui qui en voit le subterfuge!

Alors ouvrez bien les yeux, désormais. Seconde partie plus technique sur les végétaux permanents dès vendredi…à bientôt!