L'Atelier de Biarritz

Véronique Créatrice d'émotions florales. Fleuriste freelance pour "LES FLEURS BUISSONNIERES"


1 commentaire

Le kokedama, un art végétal minimaliste.

Kokédama en trio
En trio trois façon de présenter un kokedama (Photos C Delvaux)

Dans ma série « Art Floral » japonais, je vous présente aujourd’hui un morceau de nature en boule: le kokedama.

Un peu de #nature qui s’invite dans nos lieux de vie(bureau, appartement, magasin) parfois un peu restreints en ville.

Boule de mousse, motte de terre, sphère de mousse…

Ces drôle de #plantes (parfois à plusieurs) prennent effectivement l’apparence d’une sphère bien régulière composée d’un substrat, souvent argileux, sur lequel se développe la #mousse et dans lequel l’homme insère la plante. Selon les végétaux choisit et leur besoin en eau, en nutriments, les substrats diffèrent, même si l’apparence externe reste la même! Argile, cailloux, sphaigne, il est conseillé de bien choisir son mélange surtout pour les plantes nécessitant un environnement très humide.

Intérieur, extérieur? Le Kokedama se plait partout à condition de savoir choisir son essence, de lui procurer l’exposition dont il a besoin, et de déterminer la hauteur ou l’on souhaite l’y installer ( attention, plus c’est haut, plus il fait chaud!) S’il reste un végétal comme un autre il est fragilisé par sa petite quantité de nourriture et une évaporation d’eau plus importante selon son emplacement (radiateur, fenêtre, courants d’air)

Erable aux superbes couleurs, .lui aime l’extérieur, perds son feuillage en hiver, bref, il vit!

Les plantes ainsi « habillées » de mousse sont ensuite mises en situation dans les habitations, les bureaux et tous les lieux ou la nature nous fait défaut. En intérieur ou sur nos balcons et mini terrasses, elles trouveront sans aucun doute, toujours leur place.

Un manteau adapté et le Kokedama sera heureux

Les racines sont directement intégrés au substrat, mais attention la sphère doit être préparée, travaillée et surtout composée de matériaux différent selon la plante. Le substrat, préalablement pétri, intimement mélangé sera délicatement posé autour et entre les racines. La mousse est ensuite ajoutée, pressée tout autour de la sphère. Les morceaux de mousse sont dans un premier temps maintenus en place à l’aide de fils fins mais densément entrelacés, coupés ou non par la suite lorsque la mousse aura prise. Puis recouvertes de ficelle décorative, ou pour maintenir l’ensemble solidement surtout si le Kokedama est accroché et non posé.

Fille de l’air ou sagement posée!

Plusieurs destinations, le plus souvent posée à même une coupelle de porcelaine blanche, de grès ou d’ardoise le kokedama apporte une touche de verdure dans nos environnements citadins; on peut aussi les retrouver en groupe, accrochés à des fils d’ange (fil de pêche), près des fenêtres créant ainsi une forêt décorative de boules vertes, flottantes dans l’air comme par magie! .

Trio aérien de Kokedama dans l’ordre : Lierre, Maranta et Asparagus plumosus (le plus facile!)

Plus récent et plus populaire que l’Ikebana ou le Bonzaï.

Cet art né dans les années 1990 au Japon, est arrivé en France dans les années 2010.

Le développement du kokedama à été particulièrement rapide. Cet art est aujourd’hui particulièrement populaire, tant au japon qu’en Europe, une façon de faire entrer la nature dans nos appartements sans pour cela prendre de la place… au sol!  Le kokedama a su, de ce fait, attirer à lui un public plus jeune que le bonzaï plus complexe à maitriser, plus cher à entretenir aussi. Toutes les plantes ou presque peuvent s’acclimater dans une « boule de mousse ». Ludique, à regarder, relativement facile à fabriquer et peu onéreux, l’art floral du kokedama peut très bien s’apprendre aussi en ateliers. (je proposerai un cours pour lui fin septembre).

Le Kokedama ne nécessite que peu de place et correspond parfaitement aux sociétés urbaines.  

Assemblage « Paysage exotique » de 3 kokedama posée sur une cosse exotique

Délicat néanmoins! Cet art floral demande aussi quelques connaissances en botanique!

Connaître les besoins vitaux de la plante destinée à croître dans la mousse: en eau, en nutriments, en exposition…est indispensable si l’on veut conserver plus… d’un mois, sa plante. Toutes ne vivent pas dans les mêmes biotopes, non plus . Lumière, chaleur, eau des facteurs qui doivent se maitriser si l’on souhaite que le kokedama prospère!

Les japonais, eux, vont chercher leur plante destinée au Kokedama, dans les montagnes, et en y récolte le substrat adéquat pour mettre autour, en même temps…et donc en respecte parfaitement les besoins en nutriments.

L’européen connait peu ou pas du tout la provenance des plantes qu’il achète surtout s’il ne fréquente que les jardineries !

Si le futur kokedama de votre bureau, jardin d’hiver ou de votre salle de bain est issu d’une campagne avoisinante, d’une #forêt proche de votre lieu d’habitation il serait bon de prélever le même jour aussi un peu de la terre dans laquelle il a débuté sa croissance, il vous en sera reconnaissant en s’épanouissant au fil des mois .

Une autre difficulté, la mousse des bois…adaptée aux plantes qui poussent dans nos forêts mais qui peut avoir tendance à brunir si elle n’est pas bien entretenue, humidifiée régulièrement. Car la #mousse, est une sorte d’éponge de nos forêts. Elle à de gros besoin en eau, absorbe toujours en premier l’humidité extérieure, laissant ce qui ne lui sert pas à la plante, s’il en reste. De plus selon la composition des substrats et certains matériaux comme l’argile la dessèche encore davantage, d’où l’importance d’un arrosage très régulier surtout si le futur kokedama est destiné à être suspendu. Un conseil de pro vérifiez votre boule au moins une fois(voir 2) par semaine l’hiver et doublez vos rondes l’été!

Faire les bons choix de plante à préparer ainsi, me semble donc essentiel!

Enfin, l’artiste jardinier en herbe devra veiller à ne pas trop tailler les racines (encombrantes parfois) de la plante qu’il désire faire pousser au sein de la boule, certaines espèces supportant mal ce traitement.

Kokedama de nos régions recouvert de ficelle. Attention aux choix de vos plantes !

Vos réactions, questions m’intéressent aussi! N’hésitez pas à me laisser un commentaire ci dessous ou sur ma page contact!

Dans le cadre de mes ateliers d’art floral je prévois un cours de création de kokedama… Alors, ouvrez l’œil sur les réseaux FB, Instagram… ou abonnez vous au blog afin de ne rien manquer du planning des ateliers de la rentrée! A bientôt

Véronique « Créatrice d’émotions florales »